Je tiens sincèrement à m’excuser.
Donc, je vous présente, chers internautes, mes plus plates excuses.

Vous vous demandez peut-être pourquoi….



La première, c’est que l’on va nouveau aborder Netflix dans cette vidéo. Et croyez moi, que ce n’est pas un placement de produit (toujours pas sponsorisée).
La seconde, c’est parce que nous allons étudier le business model présenté dans le film « I care a lot », création originale Netflix, donc. Il présente l’entreprise de tutelle de Marla Grayson. Elle prend en charge, sous ordre d’un juge, les personnes n’étant plus en capacité de s’occuper d’elles-mêmes dans le but de les dépouiller de tous leurs biens. Une activité donc légale sur le papier, mais très répréhensible en pratique puisqu’elle le fait dans un but très très trèèèèèèès lucratif et surtout, sans pitié.

Disclamer : ce film repose sur un business outrancier des plus critiquables. Malgré sa nomination et victoire aux Goolden Globes, il a récolté des commentaires très négatifs de la part des spectateurs, tant sur le fond que sur la forme.
Pour la forme, je ne suis en aucun cas critique cinématographique, sinon je serais correctement cadrer mes vidéos.
Pour le fond, je tiens à préciser que ma vidéo n’est pas une satire sociale sur la manière dont on traite nos aînés, mais bien seulement l’étude d’un business model discutable et de son optimisation. On pourrait en effet se demander où se positionne la limite entre la moralité et la rentabilité… Mais je ne répondrai clairement à cette question dans cette vidéo.

Laissez votre éthique au placard, aujourd’hui on va se faire, de la plus mauvaise manière du blé, du fric, de la thune, des ronds, de l’oseille, de la maille, du pognon, des briques, du flouze, des biftons, des patates, des pépètes, des radis…

Contexte

 

🎞 L’histoire du film « I care a lot »

Marla Grayson a 39 ans, un carré impeccable et est toujours tirée à 4 épingles. Et pour Marla dans la vie, c’est tout blanc ou noir. Être un prédateur ou une proie. Une lionne ou un agneau. Je vous laisse imaginer quel clan qu’elle a choisi. Elle se définit comme « attentionnée » (d’où le titre du film I care a lot soit «  »je prends grand soin ») mais en réalité on peut dire qu’elle est très ambitieuse et que ces dents sont trèèèès longues. Dans le sens figuré j’entends.
Dans la case profession, elle rempli « tutrice légale ». Et elle prend en charge plus spécifiquement les personnes âgées.

Reposant le contexte dans l’éventualité où vos parents ne seraient pas assez âgés pour que vous ayez songé à cette solution et que cette notion serait floue pour vous. 

« La tutelle est une mesure judiciaire destinée à protéger une personne majeure et/ou tout ou partie de son patrimoine si elle n’est plus en état de veiller sur ses propres intérêts. Un tuteur la représente dans les actes de la vie civile. Le juge peut énumérer, à tout moment, les actes que la personne peut faire seule ou non, au cas par cas. »

Le process est donc le suivant : à partir du moment où un médecin déclare qu’une personne peut-être un danger pour elle même, si l’urgence est là, une audience a lieu au tribunal, sans le prévenu donc, et une décision de justice est rendue pour nommer un tuteur, enfin sa tutrice : Marla. La première étape est validée ✅.

Elle rend donc au domicile de cette personne âgée pour l’avertir de cette décision de justice de laquelle elle n’a pas du tout eu vent, lui demande gentiment de faire ses valises et de la suivre à la maison de retraite. Bien évidemment, si elle refuse d’obtempérer (bon, jamais de manière bien violente compte tenu de l’âge des prévenus), la police est là pour intervenir. Deuxième étape, validée ✅.

Et c’est là où la machination, légale mais diabolique, commence. Une fois arrivée dans la nouvelle prison dorée de son hôte, Marla confisque téléphone et droit de visite de la famille. Une fois la personne isolée, elle se charge tout bonnement de la dépouiller en vendant ses biens sans que personne ne puisse l’arrêter. Dernière et 3eme étape, validée ✅.

Et cela fonctionnait assez bien pour la société « Grayson Guardianship » jusqu’au jour où Marla pense avoir trouvé la perle rare. Jennifer Peterson, une dame d’incertain âge en apparence inoffensive qui se trouve être la mère d’un mafieux qui va se donner corps et âme pour la libérer.

Etudions maintenat le business model de l’entreprise.

Business model du film « I care a lot »

 

👵🏻 Segments de clients

  • Personnes de plus de 60 ans, riches et avec peu ou sans famille


C’est donc du marketing de niche. Et Marla a bien choisin son segment puisqu’iil est très rentable compte tenu du vieillissement de la population.
Penchons nous sur la data senior et la silvere économie : 
au 1er janvier 2019, 13,4 millions de personnes résidant en France ont 65 ans ou plus, soit 20 % de la population.
 En 2030, la France comptera 20 millions de retraités, soit un tiers de la population française.
Le monde devrait compter 2 milliards de personnes âgées d’ici 2050.

En 20200, c’est un chiffre d’affaires de 130 milliards d’euros qui a été généré.

 

👵🏻 Proposition de valeur

  • Tutelle – prendre soin des personnes n’étant plus en capacité de le faire
« all inclusive »

C’est le modèle commodité : il s’agit de rendre les choses plus pratiques ou plus faciles à utiliser peut créer une valeur substantielle.

Exemple : Avec iTunes, Apple offre aux clients une commodité sans précédent en matière de recherche, d’achat, de téléchargement et d’écoute de musique digitale. 

Avec Marla, Grayson Guardianship offre aux clients une commodité sans précédent en matière de prise en charge, gestion, d’isolement et dépouillement de personnes âgées.

👵🏻 Canaux

  • Médecin – corrompu qui, lorsqu’il flaire une personne correspondant au critère de segment, appelle Marla.

C’est un partenaire indirect.

👵🏻 Relation client

  • Relation directe – avec les clients, à leur disposition, aux petits soins

On parle d’assistance personnelle dédiée, alors qu’en réalité, il n’en est rien.

👵🏻 Flux de revenus

  • Abonnement mensuel – « starter pack »
  • Frais occasionnels – (exemple du tribunal) évalués à la hausse
  • Bénéfices sur la vente des biens personnels des clients

 Ressources clé

  •  Intellectuelles – mise en place du stratagème
  • Physiques – maison de retraite
  • Humaines – Marla et l’équipe de l’entreprise, le personnel soignant
  • Financières – pot de vin

👵🏻 Activités clé

  • Résolution d’un problème : prise en charge de personnes en pouvant plus s’occuper d’eux en leur prodiguant les soins nécessaires, s’occupant de leurs démarches administratives…

En réalité, son activité principale est de les dépouiller.

👵🏻 Partenaires clé

  • La compagne – Fran
  • Le médecin – qui frauduleusement diagnostique des personnes comme séniles
  • Le juge crédule – qui juge les personnes âgées inaptes à se gérer elles-mêmes et qui nomme Marla
  • Le directeur de maison de retraite

C’est un réseau solide qui permet l‘acquisition certaines ressources et activités.

Puis, dans un second temps s’ajoute :

  • Roman : parrain très très méchant de la mafia

👵🏻 Structure de coûts

  • Pots de vin – coût variable (argent + actions)
  • Gestion courante entreprise
  • Actions en justice


Optimisation du business model actuel

 

Marla est confrontée à un problème majeur : à la mort de ces clients, la famille touche l’héritage si cette dernière n’a pas eu le temps de totalement l’extorquer. Il faudrait donc trouver une solution afin de mettre la main sur l’héritage pour s’enrichir d’avantage. Par ailleurs, Marla pourrait ajouter un canal d’acquisition clients très facilement.

 

👵🏻 Canaux

  • Maison de retraite – qui comprend bon nombre de clients potentiels pour Marla

👵🏻 Partenaires clé

  • Un notaire – corrompu qui pourrait modifier le testament des victimes.

Création d’une concession de tutelles

 

Après une lutte acharnée, Marla et Ronan s’associent pour créer une cession de tutelles. Marla en apportant son stratégème et Ronan l’investissement financier généré par la vente de drogues.

Grâce à 80 sociétés offshores inondant le monde (permettant une situation de monopole), développement est le suivant :
💰 immobilier (maison de retraite),
💰 médical,
💰 pharmaceutique,
💰 droit fiscal et
💰 formation de millions de tuteurs.

A nouveau, il est possible d’apporter des modifications à cette nouvelle national « Grayson Corporation ».

Optimisation finale « I care a lot »

 

Dans ce dernier business model, la drogue finance la tutelle. Cependant, il serait plus stratégique que les 2 activtiés se financent l’une et l’autre. Ainsi, les clients actuels de Marla pourraient devenir les nouvelles mules. Elles transporteraient la drogue dans leurs prothèses ou appareils médicaux.

Ainsi on assisterait à une création de synergies. On parlerait donc de diversification concentrique : les nouvelles activités de l’entreprise ont un lien avec son métier d’origine. La logique de diversification est de compléter ou d’étendre l’offre de l’entreprise

 

👵🏻 Partenaires clé

  • Un médecin chirurgical – pour opérer les clients

Je vous ai présenté un business model fort lucratif mais dont l’éthique est clairement plus que douteuse, voire inexistante. Marla Grayson est avide de réussite et, en l’absence de tout scrupule, dépouille des personnes vulnérables. 
Bien que tourné sur fond d’humour noir et caricaturé, ce rêve américain cynique ne semble pas ravir les foules puisqu’il se fait descendre en flèche en raison de son immoralité par les internautes malgré le fait que l’actrice principale Rosamund Pike ait été sacrée meilleure actrice dans une comédie aux Golden Globes.

Merci d’avoir regardé cette vidéo totalement dépourvue de bienveillance et de moralité. Et surtout prenez soin de vos aînés, ils valent de l’or  😉.

lectus ut Donec libero. Aenean dolor